Qui suis-je?

Photo Heidi yes she can.jpg

J’exerce mon métier de psychologue clinicienne depuis 1997.

Au début de ma vie professionnelle, j’ai travaillé dans le milieu associatif auprès de femmes victimes de violences conjugales et auprès d’adultes usagers de drogues. J’ai ensuite rejoint une équipe hospitalière spécialiséeen infectiologie pour le suivi d’adultes séropositifs. 

Formée entretemps à la sexologie, j’ai installé en 2006 ma pratique libérale de psychologue sexologue après 10 ans d’expérience institutionnelle.   

Progressivement, j’ai fait le choix de me consacrer à cet exercice libéral et de développer un travail en réseau avec des professionnels médicaux et paramédicaux de confiance. Je suis membre active d’un groupe d’échange pluridisciplinaire de professionnels de santé. 

Durant toutes ces années, j’ai toujours cherché à partager ma pratique avec des pairs, j’ai été supervisée individuellement et j’ai également participé à des groupes de supervision. 

J’ai suivi une analyse avec une psychanalyste de la SPP (Société Psychanalytique de Paris).

 

J’ai obtenu un diplôme universitaire d’hypnothérapie en juillet 2021.

 

En janvier 2022, j’ai rejoint l’équipe pluridisciplinaire du centre de la douleur gynécologique de l’hôpital Foch à Suresnes. C’est un centre qui accueille des patientes souffrant de douleurs pelvi-périnéales chroniques. Une équipe de médecins et thérapeutes de spécialités différentes les accueille pour une évaluation et un suivi.

Pour prendre rendez-vous à l’hôpital Foch, 

Joindre le secrétariat du centre de la douleur gynécologique au 01 46 25 11 83.

Ou faire un mail, à centre-douleurgyneco@hopital-foch.com

 

  • Le travail en réseau

Je participe à un groupe de travail pluridisciplinaire qui se réunit tous les deux mois depuis 2006. Ces échanges sont aussi enrichissants que formateurs et m’amènent à travailler en confiance avec des correspondants réguliers.

 

  • Supervision

Tout au long de mes années de pratique, j’ai été supervisée, soit dans des groupes soit individuellement. 

Actuellement je suis supervisée dans un cadre individuel.

 

  • Associations

Je suis membre titulaire de l’AIUS (Association inter-universitaire de sexologie)

 

J’adhère également à l’association Resendo qui accompagne les femmes atteintes d’endométriose.

 

Je recommande le site de l’association « les clés de vénus » qui renseigne les femmes qui rencontrent des douleurs dans leur sexualité.

 

 

 découvrir  mon portrait  sur YES SHE CAN

  • Psychologue clinicienne diplômée de l’université de Lyon II (DESS obtenu en 1997 qui correspond à l’actuel Master 2 professionnel).

 

  • Titulaire du DIU de sexualité humaine (Université de Bobigny-Paris 13 en 2002) 

 

  • J’ai suivi une analyse personnelle par un membre de la société psychanalytique de Paris. (SPP)

 

  • Je me suis formée à l’hypnose thérapeutique au sein du centre de formation Ipnosia.

  • J’ai validé un Diplôme Universitaire d’hypnose thérapeutique en juillet 2021

Ma formation

Mes expériences professionnelles

De 1998 à Mai 2002

Association Charonne à Paris CSST 

Suivi de personnes toxicomanes et séropositives hébergées en  ACT (Appartement Thérapeutique) Accueil de femmes prostituées usagères de « crack ». 

De Mai 2002 à Juillet 2007

Hôpital Simone Veil à Eaubonne (95)  

Consultations pour adultes séropositifs 

De 1997 à 1999

Ecoute téléphonique au Samu Social et à Violence Conjugales femmes info service à Paris 

De 1995 à 1997

Accueil de femmes victimes de violences conjugales à l’association FIL à Saint FONS (69) 

De 2007 à 2012

Collaboration avec le « Réseau de Santé ville-hôpital Paris Nord » 

Depuis Janvier 2022

Équipe du centre de la douleur gynécologique à l’hôpital Foch à Suresnes.

Depuis 2006

Cabinet libéral à Paris Xème puis à Boulogne (92) 

  • Qu’est-ce qu’un psychologue ?

La formation de psychologue clinicien est aujourd’hui sanctionnée par un Master 2. 

Le titre de psychologue permet l’exercice dans les domaines de la santé, de la justice, de l’éducation spécialisée et de la scolarité. 

 

Le titre de psychologue est protégé légalement depuis 1985 (loi 85-772 du 25 juillet, article 44).

 

L’activité professionnelle du psychologue suit un code de déontologie (depuis 1996 ; dernière actualisation : 2012).

 

Le psychologue doit être inscrit au répertoire ADELI de la délégation territoriale départementale (circulaire DHOS/DREES/2002/143 du 21 mars 2003).

 

Le psychologue peut - de droit - faire usage du titre de psychothérapeute (décret n° 2012-695 du 7 mai 2012 modifiant le décret n° 2010-534 du 20 mai 2010).

 
  • Qu’est-ce qu’un sexologue ?

Comment se forme un psychologue sexologue ?

 

Les psychologues font partie des sept professions habilitées à passer l’examen national de sexologie : Le diplôme inter Universitaire d’Études de la sexualité humaine. (Les autres professions sont : les médecins généralistes ou spécialistes, les infirmiers, les sages femmes, les kinésithérapeutes, les psychomotriciens et les pharmaciens).

 

La sexologie est une discipline qui est toujours basée sur l’expérience d’un praticien dans sa profession d’origine à laquelle s’ajoutent les apports des autres disciplines.

Un psychologue va par exemple être amené à apprendre des notions de bases de biologie, d’anatomophysiologie, d’endocrinologie… alors qu’un médecin aura à intégrer des notions de psychologie et de psychopathologie.

 

 

Formée récemment à l’hypnose, j’apprécie cette pratique thérapeutique qui aide les patients à repérer mieux leurs propres ressources et à les utiliser.

L’hypnose thérapeutique (qui est très éloignée de l’hypnose-spectacle) est un phénomène naturel et universel qui modifie notre état de conscience (on reste conscient et actif) et notre perception de la réalité. Tout le monde est hypnotisable à condition de le vouloir.

Lorsque les patients sont d’accord pour tenter l’expérience, c’est un mode de relation et de communication qui est très enrichissant.

Avec l’hypnose, on peut interroger les problèmes des patients en faisant des expériences qui amènent à ouvrir la perception et à se reconnecter avec des choses qu’ils ne voyaient plus, en passant par les émotions, le corps, et la sensorialité.

Pourquoi utiliser l’hypnose ? 

  • Pour lire les choses autrement

Des temps d’hypnose lors d’une séance permettent toujours d’apporter une autre lecture du problème du patient. 

  • Pour écouter le corps

L’hypnose est une approche psycho corporelle qui utilise le langage du corps

C’est une autre façon de chercher des solutions qui va prendre en compte les expériences sensorielles des patient.e.s et leur donner l’occasion d’être dans une écoute de leur vie intérieure qui va être moins intellectualisée. 

  • Pour utiliser l’imaginaire 

L’hypnose va faire travailler la/le patient.e avec son imaginaire et la/le conduira à anticiper comment trouver des solutions pour modifier sa réalité et pour se sentir mieux.

 

« L’hypnose va essentiellement proposer cela : une relecture de ce qui est imaginé par le patient, au travers des perceptions et du filtre de l’imaginaire. »

 

Citation issue de l’ouvrage : « Aide-mémoire hypnose en 50 notions » 2è édition, Antoine BIOY, Isabelle célestin Lhopiteau, Chantal Wood, Dunod 2016